banniere ftlb 2019
Emilie THIRION Sonia TREMBOWICZCécile LE GACMaud DROGAT Pascal Delhoume Joe CHAU VAN gaetan 60x60 Michel MOUSSEUXJess VILLFernand LOPEZ OWONYEBE Bruno LONGHI

Blog FUTURELAB

7 minutes reading time (1320 words)

Interview de Pascal DELHOUME

PHOTO PRINCIPALE N1 PASCAL DELHOUME page 4 et 5 1 300x225Par René BERTHELIER pour FUTURELAB MAGAZINE

Pascal , tu as un palmarès impressionnant, peux-tu nous  rappeler les principaux titres que tu as acquis lors de ta carrière sportive.

Dans chaque victoire il y a une part de chance qu’il ne faut pas négliger.
Je pourrais dire que j’ai été un athlète chanceux car j’étais là au bon moment notamment lorsque j’ai été sacré Champion de France toutes catégories et toutes fédérations confondues en 1999, première dans l’histoire du bodybuilding français.

Je suis fier aussi d’avoir gagné le titre de Monsieur Lyon en 1991(première victoire), Monsieur Paris (1997) et le plus bel athlète du Sud (1998) car c’était des titres majeurs et également des régions et des villes qui ont influencé ma vie.

Les titres de Champion du monde +90 kgs et toutes catégories en 2004 furent un couronnement de carrière et une grande victoire sur moi-même après 4 années d’absence et de graves blessures musculaires et articulaires.

L’approche et la préparation de cette compétition a été faite dans des conditions optimums car je concourrais en tant qu’athlète sponsorisé (FUTURELAB évidemment) et avec un statut d’athlète de haut niveau au sein de mon entreprise.

On imagine que tu as dû commencer la musculation assez jeune, avais-tu déjà pratiqué d’autres sports préalablement ?


A l’âge de 16 ans, ma mère m’a pris un abonnement dans une salle de musculation à « l’insu de mon plein gré ».

Contraint et forcé j’ai commencé l’entraînement en complément de la boxe française et du tennis.

Cela dit, j’ai toujours pratiqué un sport et quelque soit la discipline j’ai toujours été attiré par la compétition.

Le bodybuilding n’a donc pas échappé à cette règle.

Le regretté Jean Texier disait que le bodybuilding fabriquait un muscle beau mais inutile et je trouve cela dommage que certains athlètes donnent cette image handicapante.

Pour ma part, même en période de compétition, j’associais un autre sport, souvent la natation afin de me procurer relaxation, détente et bien être.

Tu as été aussi Pompier de Paris ?

Oui, ce fut durant 5 ans puis, sur concours, et en tant qu’ancien militaire, j’ai bénéficié d’un emploi réservé à la Banque de France toujours comme pompier durant 17 ans.

Depuis 2010, par concours interne et aussi pour nécessité familiale je me suis orienté dans le secteur bancaire où je m’occupe de la monnaie fiduciaire de la région de l’Hérault.

Je vis actuellement à Montpellier.

Tu as 3 magnifiques enfants, cela n’a pas dû être facile de gérer la carrière professionnelle, la famille et la préparation aux compétitions.

Je sais que tu as été toujours soutenu par ton entourage, tes enfants sont très premiers fans...


En temps normal, gérer sa situation professionnelle, familiale et sportive est compliqué et le faire en étant une famille monoparentale nécessite une très bonne organisation.

De plus, je suis complètement expatrié de ma famille ce qui me donne une très grande responsabilité et rester en bonne condition physique est La condition ciné-qua-non pour faire tourner ce petit monde.

Etant trop petits à l’époque où je faisais de la compétition, ils sont devenus des fidèles supporters sur le tard, grâce principalement aux différents supports médiatiques et aussi lors de mes come back en 2004 et 2009.

Cela fait 16 ans que tu es membre du Team FUTURELAB.

Tu dois avoir de bons souvenirs, notamment lors des cocktails organisés par la marque ou sur les stands FUTURELAB des salons Bodyfitness.


Effectivement de très bons souvenirs comme les séminaires dans les salles de sport, les dégustations, diverses séances photos, les 8 salons Bodyfitness où l’on peut découvrir également le côté « obscure » de la force, les repas de fin d’année et comme tu le rappelles les divers cocktails, les naissances et les inaugurations des boutiques TOP BODY, les rencontres avec d’autres grands champions du body, de la boxe, des personnalités dans le domaine de la nutrition, des médias, de la chanson, du cinéma...

Avec le recul, quels sont les atouts que tu en as récoltés sur le plan personnel ?


Tous ces évènementiels, ces contacts humains m’ont apporté une certaine assurance et une plus grande aisance dans la communication.

Dans le domaine de la diététique, j’ai approfondi mon savoir et de ce fait mieux maitrisé l’utilisation et les associations de compléments alimentaires.

Tout ceci m’a apporté une notoriété au delà des barrières du physique, j’en suis très fier.

La Team FUTURELAB jouit d’une réputation légendaire, où règne une amitié sincère sans rivalité entre les membres. Quel est ton regard sur cette équipe ?


Faisant partie de cette équipe je ne peux qu’avoir une vision intérieure et un sentiment personnel.

Au niveau des individus, on peut voir une alliance par rapport à une passion commune avec comme maître mot le savoir faire et le faire savoir.

La rivalité ne doit exister qu’en compétition et chacun d’entre nous la bien compris. De plus, tous les membres de cette équipe sont bardés de titres nationaux et ou internationaux ce qui provoque par conséquent l’annulation de l’égo.

Au niveau de l’équipe en tant qu’entité c’est vraiment le reflet de la société FUTURELAB.

En effet l’équipe a évolué au même rythme que l’entreprise, elle est restée fidèle donc a donné une crédibilité incontestée, elle s’est éparpillée géographiquement tout en restant soudée.

Tout cela n’est pas le fruit du hasard et de la fatalité mais d’un long travail du manager.

Avec Mouss BELLAHA, tu as assisté au Body Rippert Show 2011, l’occasion pour vous deux de faire des belles rencontres et de revoir des anciennes connaissances. Quels sont les athlètes avec qui tu as pris plaisir à croiser ?


Tout d’abord des athlètes amis avec qui j’entretiens des contacts tout au long de l’année comme Olivier et Marie Pierre RIPPERT, Fabrice MOREAU (vainqueur du body show 2010), Jamel EL GHARBI et aussi des anciens compétiteurs compétitrices comme Brigitte SUBRIN.

En 2001, tu avais dit : « Qualité et succès sont étroitement liés ». Maintenant l’époque de la compétition terminée, comment trouves – tu la motivation pour t’entraîner ?


Il est vrai qu’après la compétition, il m’a fallu une période d’adaptation pour retrouver la motivation, davantage sur le plan alimentaire que sportif.

Actuellement, mes sources de motivation sont triples : garder une masse et un relief musculaire, rester en bonne santé, ralentir les effets du vieillissement.

Quels conseils pourrais-tu donner à nos lecteurs dans la quarantaine ?


Je leur indiquerai la méthode qui est la mienne : maintenir une bonne hygiène alimentaire, du moins la semaine, accentuer le cardio-trainning et travailler lourd uniquement sur les mouvements de base, et au niveau médical faire des bilans sanguins et rendre visite à un cardiologue.

Cela me permet de continuer intensivement le sport avec un maximum de sécurité.

Es-tu satisfait de l’évolution des gammes de FUTURELAB ?


Absolument, tant au niveau du contenu que du contenant.

La gamme FUTURELAB est très réactive aux tendances, aux individus et aux exigences légales.

FUTURELAB a créé plusieurs gammes telles que la minceur, l’endurance, le body, le fitness, le fighting, le bien être afin que le client trouve sans aucune difficulté son complément. C’est véritablement du sur mesure.

Aujourd’hui FUTURELAB est plus qu’une marque de nutrition sportive mais également un label de bien-être et d’antivieillissement.

Quels sont les produits que tu affectionnes particulièrement ?


Je complète mon alimentation avec de la protéine HI PRO COMPLEX et ISOWHEY pour la définition musculaire, du VMA pour éviter toutes carences en vitamines et minéraux, des TRIPLE OMEGA pour le mauvais cholestérol, des BCAA -GLUTA-B6 pour la récupération et du ZMA pour l’apport d’anti oxydant.

Un dernier message pour nos lecteurs ?


La fatalité n’existe pas.

On est ce que l’on mange et ce que l’on fait, donc faites au mieux et prenez surtout du plaisir

Ta modestie, ta gentillesse et ta « Zen attitude » légendaire te qualifie comme un athlète hors pair.

Nous souhaitons que tu puisses inspirer la nouvelle génération.

Merci pour tout.


Un grand merci également à FUTURELAB et ces gérants Mme LONGHI et Bruno pour toutes ces années de confiance, d’amitié et de fidélité.

Interview réalisée par René BERTHELIER pour FUTURELAB Magazine
Les dangers du Sucre
La Canelle et ses secrets
 

Commentaires 1

Invité - LONGHI Bruno le mardi 6 juin 2017 14:29

Un grand merci à Pascal pour la qualité de cette interview . Un bel athlète , débordant de valeurs humaines rares . Un chance immense de l'avoir dans l'équipe .

Un grand merci à Pascal pour la qualité de cette interview . Un bel athlète , débordant de valeurs humaines rares . Un chance immense de l'avoir dans l'équipe .
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
vendredi 19 avril 2019

Image Captcha